Avenir énergétique  / Dessine-moi « L’Usine Hydroélectrique Valais »

Qu'y a-t-il derrière la prise?

Allumer la lumière, démarrer son lave-vaisselle ou encore recharger son portable, autant de gestes du quotidiens qui paraissent si anodins. Pourtant, derrière ces actions banales, une formidable chaîne industrielle entre en action.

Allumer une lampe, démarrer son lave-vaisselle, recharger son portable : autant de gestes quotidiens si anodins. Pourtant, derrière ces actions banales, une formidable chaîne industrielle entre en action. Présentation des différents acteurs qui assurent la sécurité de notre approvisionnement sur fond de 2e électrification de nos sociétés.

On l’utilise tous les jours sans y prêter attention. Sans elle, notre société serait rapidement paralysée. Flux vital de notre système économique et social, l’électricité en est un socle essentiel. Raison pour laquelle de multiples acteurs opèrent en coulisses, des prises d’eau alimentant nos barrages à la prise électrique. Leur mission : produire votre électricité puis garantir l’approvisionnement en veillant à ce que toute la toile des réseaux de distribution reste en permanence sous tension. Une intense activité industrielle qui s’est considérablement complexifiée ces dernières années pour concrétiser la transition énergétique.

En coulisses, les distributeurs gèrent une chaîne industrielle de plus en plus complexe pour sécuriser notre approvisionnement électrique en continu.

Rôle essentiel des distributeurs

Dans ce cadre, les gestionnaires de réseaux de distribution jouent un rôle essentiel. Dans le canton, une trentaine d’acteurs locaux, fédérés par l’Association valaisanne des distributeurs d’électricité (AVDEL), entretiennent le réseau électrique, assurant ainsi un approvisionnement continu de qualité. Leur activité constitue une véritable plaque tournante entre producteurs et consommateurs. «Outre leur mission première de construction et d’entretien du réseau, ces entreprises se trouvent devant des défis à la fois complexes et mobilisateurs», souligne son président Philippe Délèze. «Car la transition énergétique se traduit notamment par des moyens de production décentralisés, tels que les panneaux photovoltaïques et les éoliennes. La manière de consommer change également, en particulier pour répondre aux objectifs de décarbonation et à l’essor de la mobilité électrique. Tout cela génère des contraintes nouvelles sur nos réseaux. Nous devons donc les adapter et les développer pour garantir l’approvisionnement des ménages et des entreprises ainsi qu’optimiser leur gestion, par exemple avec la mise au point d’outils de pilotage digitaux.»

Nouveaux acteurs, nouveaux métiers

La transition énergétique fait ainsi évoluer les métiers des distributeurs. Ceux-ci recrutent d’ailleurs des profils nouveaux pour soutenir ces changements. Désormais, les consommateurs sont aussi des acteurs de l’équation énergétique. En équipant leur logement d’infrastructures photovoltaïques par exemple, ils deviennent producteurs à leur tour, réinjectant leur surplus d’électricité dans le réseau.

Et FMV dans tout ça ?

Acteur clé de l’énergie en Valais, FMV gère le réseau Haute Tension valaisan, ces routes cantonales de l’électricité qui alimentent les distributeurs de l’AVDEL et la grande industrie. Mais l’entreprise est aussi et surtout un producteur hydroélectrique appelé à se développer. Avec sa production actuelle de 1 Térawattheure (1 TWh), soit 1 milliard de kilowattheure, FMV peut couvrir aujourd’hui le tiers de la consommation valaisanne. Lorsque l’ensemble des concessions auront fait retour, le canton et les communes concédantes seront propriétaire d’au moins 6 TWh dont 3 TWh directement en mains de FMV. Le Valais et FMV constituent à ce titre le pilier de l’approvisionnement de la Suisse en électricité dans la perspective de la hausse des besoins induis par l’accroissement de la mobilité électrique ainsi que par l’abandon progressif du nucléaire et des énergies fossiles.

Par Thomas Pfefferlé

Photos: Nuthawut/Adobe Stock Photo, SEIC/Isabelle Favre, Gahmann/Adobe Stock Photo, Christian Hofmann/Le Nouvelliste.